Traversée des Américs en vélo printemps 2014 travel blog

27 nov, Sur les long de la route conduisant à la frontière...

28 nov, Belle vue sur le lever du soleil éclairant la montagne...

28 nov, Laisser moi vous deviner, n'est-ce pas La frontière Chilienne !!!...

28 nov, Après changer l'argent à un dépanneur, épicerie et me voilà...

28 nov, Volcan Ollaque avec petite fumerol. Oui encore vivant. 5,800 quelques...

28 nov, Après longue montée, récompense, vue sur le Salar Carcote. Splendide!!!

28 nov, Longue descente, autre Salar celui de Ascotan et belle surprise...

28 nov, Sur le Salar un petit laguna et des Flamants Roses...

28 nov, Autres point vue des Flamants Roses. Ce que la route...

28 nov, Auberge d'un soir bien a l'abris des grands vents. Ceci...

29 nov, Au matin, Montagne qui se reflète sur le laguna verde...

29 nov, Exploitation du sel des Salars. Plusieurs endroits comme celui-ci le...

29 nov, Comment exploité t'ils le sel, bien à la pioche et...

29 nov, Alors que je franchis plus de 100 km pour me...

29 nov, Oups, que voige au loins, un mirage, des arbres...oui oui...

30 nov, Directeur d'école très réceptif aussi. Plus que la responsable de...

1 dec, Ho pelican, mais que voige, la mer ....

1 dec, Bien plus que la mer que nous connaissons... le Pacific...

1 dec, Deviner quoi 𯘶, bien sur baignade, après tout ses déserts....


Après les Grands Salars, direction frontières !!! Désert et désert encore plus. Les buissons qu'ils y avaient disparaisses pour laisser place à des roches et du sable. Je me croirais en Egypte ou au Nevada, que se soit du côté Bolivien ou Chilien... la frontière n'est qu'une ligne imaginaire lorsqu'on est sur le terrain. Sa se ressemble beaucoup. Nous sommes dans les Andes et son l'Altiplateau. Des sommets, des montagnes, partout entre 5000 et 6000 quelques mètres. Très belle vue, impressionnante. Pour atteindre la frontière pas de monter, que du plat, des chemins très dure en planche à laver, un autre Grand Salar, celui de San Juan, route ferme sur le Salar, cependant quel vent !!!

Le hasard et facteur humain encore. Mon briquet ne fonctionnais plus et même le 2ieme ??? Donc, j'arrête en acheter un autre à San Juan, de fil en éguille, le gars du dépanneur parle un peu français, il est un producteur de quinoa, me donne un paquet, me fait manger un plat chaud de quinoa(très bon), me montre comment sa sœur le prépare avant de le mettre en sachet. De plus, il me donne de bonnes indications pour me raccourcir la route en passant par le Salar. Bonne idée, je rejoint le chemin fer dans le Salar et le suis jusqu'au petit camp militaire. Là pour coucher dans la gare abandonner, je subit une petite interrogatoire, ne manque pas de leur mentionner et montrer mon drapeau du R22R avec mes 25 ans de service... est-ce que sa a joué ... peu être, en tout les cas, le soir un soldat est venu me porter un chocolat chaud et une grosse pâtisserie, wababadoudou !!! (Les briquets fonctionnent !!!)

Le lendemain, j'atteins les deux frontières, au compteur 1112 km. Procédure pour quitter pas compliqué et plus de taxes de sortie. Au Chili un peu plus long, fouilles des bagages, spécialement nourriture animal et végétal. J'avais lu sur cela et rien ou presque à me reprocher, un reste d'ognion et d'ail, pour le reste je l'ai mangé entre La Bolivie et le Chili. 2 choses frappent au Chili, malgré les articles de cyclistes de 2010 la route est pavée, que 45 sur 200 km non pavée et ils finissent de la pavée. Il y a aussi le déniveler sur les 200 premier km, de courtes et longues montées, presque pas de plat et toujours ce vent fort de PM( il faut donc partir tôt, 06h30/07h arrêt 15h env... Juste avant Calama sa commence à descendre de 3500 m vers 2500 et ensuite moins de 1000 m. La chaleur se fait aussi beaucoup sentir, vent chaud, par contre, le soleil moins brûlant. Il faut donc, se dévêtir et mettre de la crème.

Je pensais avoir rencontré des vents fort, bien non !!! A 21 km d'Antofagasta et le Pacific...La vallée se rétréci pour devenir un gros canyon conduisant à la ville. Bien à 15 km sa devenait trop dangereux pour me faire tasser dans la voix des autos et camions et plus possible de tenir le vélo. Donc, j'ai marché 6-7 km et vu passer 1000 camionnettes!!! certains m'encourageait avec un petit claxon !!! jusqu'au moment où un M de mon âge s'arrête et m'embarque jusqu'à la promenade sur le long du Pacific, wé plus wé. Merci, La descente aurait été probablement possible en vélo. Cependant, je fu bien content et la baignade fu très bonne et plus tôt. Avec photo et vidéo....Wababadoudou. De plus, je pensais voir plus de verdure ici sur le bord de la mer. Bien à l'exception dès endroits où il arrose, rien ne vit, pas même des buissons. Bien hâte de voir du vert et de l'ombre, comme des arbres. Pas avant Serena me dit ton, donc, un autre 10 jours minimum de vélo.

Je repart demain, vers la ville de Copiapo en passant par la route Pan Américain qui poursuit dans le désert tout en remontant d'un mille mètres au minimum(bon accotement). Un défit m'attend peu être à cette ville. Nous verrons. Donc, au revoir à Tous et à mes 3 amours. Porter vous bien et rêver!!! Wababadoudou...



Advertisement
OperationEyesight.com
Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |