Dutchy and Frenchy backpacking away! travel blog


Voila 2 mois que nous sommes sur les routes asiatiques et la semaine que nous venons de passer dans l' extreme Sud du Laos est un vrai coup de coeur qui figure en tete de liste tant pour la beaute, la purete et la claque culturelle que j' attendais avec impatience.

Il fait 28 degres et le soleil brille quand nous debarquons sur la petite ile de Don Det, une des 4000 iles de la region.

Notre ami de la semaine est hongrois : Gabor, journaliste, photographe.

Il habite sur l'ile depuis 7 mois, il ecrit un livre sur les 4000 iles.

Il est difficile de communiquer avec les autochnomes, Gabor sera pour nous une source d' information importante .

D' ailleurs si vous desirez decouvrir des photos professionnelles sur cette region allez jeter un coup d' oeil a son site : www.phototeveli.net

Nous sejournons dans un petit bungalow au bord du Mekong dans la partie calme de Don Det. Le couple qui gere ces quelques bungalows modestes reserve une piece aux esprits, une piece ou personne ne s' aventure.

Les enfants sont tres nombreux sur l' ile, la contraception n'a pas encore debarquee sur Don Det.

La famille voisine a eu un total de 8 enfants mais un seul est encore en vie aujourd'hui et ce triste scenario n'est pas une exception.

Le taux de mortalite enfantile est tristement eleve. Les familles affirment souvent que les enfants sont tombes de la chaise, ont mange du poisson pas frais ou ont ete emportes par les esprits et les fantomes du Mekong.

Conditions de vie insalubres, germes du fleuve ou buffles et habitants se baignent avant le couche du soleil, le charlatan qui fait office de medecin, les croyances religieuses et le manque d' education forme le coktail fatal causant ce taux de mortlite enfantile important. Cette loie du plus fort regule la population de l' ile. Dur a entendre.

L'electricite aurait du arriver en 2006 et se fait toujours desirer.

En attendant, a la tombee de la nuit a l' heure du diner, c' est au rythme des generateurs que vit la partie touristique de l 'ile, les lumieres clignotent quand les cuisinieres s' activent. Nous nous sommes regales meme s'il ne faut pas attendre d'avoir faim pour commander etant donne que l' attente est de bien 45 minutes/ 1 heure. Une fois que votre assiette arrive sur la table elle y restera jusqu' au depart. Ce ne sont pas des professionnels de la restauration mais c' est tres bien comme ca. Ils ne connaissent pas le stress.

La veille de notre depart, un buffle meurt dans un champ de riz et c'est l' attroupement.

La bete est decoupee sur place et les chemins avoisinant cette boucherie se remplissent d' autochnomes portant chacun une partie du corps de l'animal. Gabor croise deux hommes saouls portant tant bien que mal la tete du buffle, nous croisons des enfants brandissant les pates et un sachet plein de morceaux avec fierte, c'est plusieurs repas qu'ils ramenent dans leurs foyers sur leur velo que l'on peut suivre aux traces de sang laissees sur les chemins de terre.

Tous les soirs, sur le chemin du retour "chez nous", en levant les yeux au ciel ce sont croyez moi bien 4000 etoiles qui scintillent dans la nuit au milieu de la lune orange qui reflete sur le Mekong !

On oublie parfois la beaute d'un ciel etoile.

Il nous est difficile de quitter Don Det.

Nous prenons la route direction le Cambodge.

Entry Rating:     Why ratings?
Please Rate:  
Thank you for voting!
Share |